38 rue Beaujon
75008 PARIS
Tél. : 01 44 09 00 09

Ventre

Plastie abdominale

La plastie abdominale est une intervention chirurgicale qui permet de retendre la peau du ventre en retirant tout ou partie de la peau excédentaire et/ou abîmée. Dans certains cas, elle peut être associée à une remise en tension des muscles de la paroi abdominale (lorsqu'il existe un "diastasis" gênant), et/ou une lipoaspiration de certaines zones de la paroi abdominale (voir cette fiche).
Elle n'est prise en charge par la sécurité sociale qu'en cas de "dégradations majeures de la paroi abdominale antérieure avec tablier abdominal recouvrant partiellement le pubis, justifié par une photographie préopératoire : après amaigrissement pour obésité morbide, dans les suites de la chirurgie bariatrique, en post opératoire, ou en post gravidique."
Dans le cas contraire, il s’agit d’une intervention de chirurgie esthétique dont l’ensemble des frais sera détaillé sur le devis qui vous sera remis en consultation.

Avant l’intervention

  • Deux consultations de chirurgie espacées de 15 jours minimum sont obligatoires avant tout acte de chirurgie esthétique.
  • Des photographies médicales sont toujours réalisées.
  • Une consultation d’anesthésie est obligatoire plusieurs jours avant l’intervention.
  • Une gaine de contention abdominale est prescrit.
  • Arrêt strict du tabac 5 semaines avant l’intervention.
  • Prévoyez une période d'indisponibilité professionnelle de 15 à 21 jours environ.


Dans les 30 jours précédant l’intervention, vous ne devez pas prendre les médicaments suivants (*) :

  • Aspirine,
  • Anti inflammatoires,
  • Anti coagulants oraux,
  • Contraception orale.


(*) Liste non exhaustive dépendant de vos antécédents médicaux et des interactions médicamenteuses possibles.

L’intervention

  • Vous êtes hospitalisé(e) le matin de l’intervention à 7h30.
  • Vous devez impérativement être à jeun depuis minuit (y compris pour l'eau et le tabac).
  • L’intervention se déroule sous anesthésie locale voire générale et dure environ de 1h30 à 2h30 heures.

Après l’intervention

  • Une surveillance a lieu en salle de réveil environ deux heures, puis dans votre chambre.
  • Un système de drainage aspiratif est habituellement mis en place pour réduire les risques d’hématome. Il est conservé pendant une durée variable de 24 heures à quelques jours.
  • Le pansement est retiré le lendemain de l’intervention. Un pansement léger sera réalisé et maintenu par la gaine de contention prescrite. Il est conseillé de porter la gaine nuit et jour pendant 1 mois.
  • Afin de réduire le risque de phlébite (en complément des bas de contention et du traitement anti coagulant), vous serez encouragé à vous lever dès le lendemain de l'intervention. Il est grandement souhaitable que votre premier lever soit assisté par une infirmière.
  • Le retour à domicile a lieu en général deux à cinq jours après l'intervention et il est recommandé qu’une personne vous accompagne.
  • Les fils de suture utilisés sont habituellement résorbables sinon ils seront retirés dans les 2 semaines suivant l’intervention.
  • La première douche est autorisée dès le retrait du pansement.
  • Des troubles digestifs (pesanteur, constipation) peuvent s'observer en cas de traitement d’un diastasis (écartement des muscles de l’abdomen) et nécessiter parfois un traitement adapté.
  • Les efforts musculaires abdominaux (en particulier le port de charge) sont déconseillés pendant 1 à 2 mois.

 

Plusieurs consultations de contrôle sont réalisées, environ 1 mois, 3 mois, 6 mois et 1 an après l’intervention.

 

Les premières semaines après l’intervention, il est classique d’observer :

 

  • Un oedème (gonflement) et des ecchymoses (bleues ou violettes) de l’abdomen. D'importance variable, ils sont souvent asymétriques, et persistent une quinzaine de jours en moyenne.
  • Une sensation de tension du ventre, qui s’estompe en quelques semaines.
  • Les douleurs sont rares et bien soulagées par les traitements antalgiques simples. Elles peuvent être plus importantes en cas de traitement d’un diastasis des muscles droits.
  • La sensibilité de la peau entre le pubis et les côtes diminue pendant quelques semaines après l’intervention.

 

La période d'arrêt des activités sportives est de 1 mois environ.
Le résultat définitif ne s’observe pas avant 3 à 6 mois et il faut attendre au moins 12 mois pour juger de l’aspect définitif des cicatrices.

Les cicatrices

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe des cicatrices. Situées sur le ventre, elles sont donc visibles mais s’estompent nettement après 12 mois.
La cicatrice peut comporter une, deux ou exceptionnellement trois parties :

 

  • Une cicatrice horizontale d'une hanche à l'autre le plus près possible des poils pubiens de longueur variable, constante.
  • Une cicatrice ronde autour de l’ombilic (nombril), très fréquente.
  • Une cicatrice verticale entre l’ombilic et le pubis, exceptionnelle.


Comme toutes les cicatrices :

  • Elles sont définitives.
  • Elles doivent être protégées du soleil pendant au moins 6 mois pour éviter le risque de pigmentation (coloration ou « bronzage ») définitive.
  • Elles peuvent être rouges et visibles pendant plusieurs mois.
  • Leur aspect définitif (largeur, épaisseur, couleur) est imprévisible et ne doit pas être jugé avant 6 à 12 mois.
  • Quant aux vergetures préexistantes, elles ne peuvent pas toutes être enlevées par cette intervention.

Les risques

Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduits dans les conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et à la réglementation en vigueur, exposent à un risque de complication.

Comme toute intervention chirurgicale, la plastie abdominale avec ou sans transposition de l’ombilic comporte des risques.

Risques généraux

  • Les risques liés à l’anesthésie générale vous seront expliqués par le médecin anesthésiste lors de la consultation pré-opératoire.
  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire) sont la complication la plus grave, potentiellement mortelle. Leur risque de survenue est augmenté si vous avez déjà eu de tels accidents auparavant. L'arrêt de la pilule et/ou du tabac un mois avant l'opération, le port de bas anti-thrombose, le lever précoce, la marche et le traitement anticoagulant contribuent à réduire ce risque.
  • Un saignement de la zone opérée peut être extériorisé (hémorragie) ou non (hématome). Si une reprise chirurgicale est parfois nécessaire en urgence, cela ne modifie pas le résultat attendu à trois mois.
  • Une nécrose cutanée localisée est possible et nettement augmenté par le tabagisme. Elle concerne le plus souvent l’ombilic (nombril) ou la peau sous l’ombilic. Elle prolonge de plusieurs semaines la cicatrisation, et laisse des cicatrices un peu plus larges.
  • Une infection du site opératoire est exceptionnelle, mais possible.
  • L'épanchement lymphatique, rare, peut conduire à des ponctions répétées et/ou exceptionnellement à un drainage.

Risques spécifiques :

Les modifications de la sensibilité : à type d'engourdissement, d'insensibilité, ou de sensations "bizarres", ces modifications sont fréquentes et disparaissent habituellement, au moins partiellement, avec le temps (plusieurs mois ou années selon les cas). Elles peuvent néanmoins être définitives.
Les cicatrices peuvent être larges ou hypertrophiques (en relief), de façon imprévisible et indépendante de la suture du chirurgien. Elles peuvent parfois nécessiter une retouche chirurgicale lorsqu'elles sont larges et/ou des injections de corticoïdes lorsqu'elles sont hypertrophiques.


Les imperfections du résultat sont possibles. Il peut s’agir d’une asymétrie résiduelle ou d’une correction insuffisante. Ces imperfections justifient parfois une retouche chirurgicale plusieurs mois après l’intervention initiale.

 

Subjectivité : L'intervention étant motivée par des raisons esthétiques, les résultats ne peuvent être appréciés que subjectivement. Il est donc important d'admettre que les résultats obtenus peuvent ne pas correspondre exactement aux résultats espérés.



Les grossesses et les variations importantes de poids sont fortement déconseillées après l'intervention, dont elles risquent de détériorer le résultat.